Fondation reconnue d’utilité publique créée en 2008.
Actualité

Comment naissent les empires ?
La mission archéologique de Bash Tapa

Le site archéologique de Bash Tapa situé au cœur de ce que fut l'empire assyrien, est localisé dans la région autonome du Kurdistan irakien, qui jusqu'à récemment encore, était une quasi terra incognita. Cette zone recèle pourtant des informations primordiales pour la compréhension de l'apparition des premières cultures urbaines mésopotamiennes des IVe et IIIe millénaires av. J.-C. et de la formation du puissant empire assyrien dans la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C. Comment une simple ville marchande est-elle devenue un empire aux prétentions universalistes ? Une question à laquelle tente de répondre Lionel Marti, directeur de la mission archéologique de Bash Tapa, lancée en 2012 et soutenue par la Fondation du Collège de France.

Vue du site de Bash Tapa, Kurdistan irakien – Mission archéologique de Bash Tapa

Que sait-on de la civilisation assyrienne ?

Notre connaissance de la civilisation assyrienne est paradoxale. En effet, nous en savons beaucoup, par rapport à d’autres civilisations de l’Orient ancien, car le monde mésopotamien antique a été découvert à travers elle. À partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, des diplomates européens en poste dans l’empire Ottoman s’intéressent aux vestiges de l’antique Mésopotamie et font renaître des cultures qui avaient sombré dans l’oubli depuis quasiment deux millénaires. Cette redécouverte débuta par la fouille des grandes capitales assyriennes des IXe et VIIe siècles av. J.-C. situées en Irak du nord et par le déchiffrement de la documentation écrite en caractère cunéiforme qui y fut trouvée. Ainsi se constitua une nouvelle discipline savante, l’assyriologie, nom qu’elle conserva même après que le champ des études mésopotamiennes eut dépassé les frontières géographiques et chronologiques de l’Assyrie. Le Collège de France fut notamment parmi les premières institutions au monde à créer en 1874 une chaire d’Assyriologie pour Jules Oppert, un des pères fondateurs de cette discipline1, dont la chaire de Civilisation mésopotamienne du professeur Dominique Charpin est l’héritière.
Nous sommes assez bien renseignés sur le pouvoir royal et impérial, la vie dans les capitales, la science assyrienne et ses réflexions sur le fonctionnement du monde ; mais des pans entiers de cette civilisation, qui sous sa forme d’entité territoriale exista sans discontinuité plus de sept siècles, nous échappent encore.
Par exemple, nous savons peu de choses sur son fonctionnement local, notamment sur la vie de son centre historique en Irak du nord et des conditions de son émergence. C’est une question qui fascina les assyriologues dès la constitution de cette discipline : comment expliquer la trajectoire étonnante qu’a connue la petite cité-état marchande du début IIe millénaire qu’était Aššur, devenue en moins de 800 ans la capitale d’un vaste royaume puis la composante majeure d’un empire dominant l’essentiel du Proche-Orient ancien avant de rapidement disparaître politiquement à la fin du VIIe siècle av. J.-C., sous les coups conjugués des Babyloniens et de Mèdes, pour finalement s’estomper dans la mémoire collective ? Cette question, restée sans réponse, a l’opportunité d’être enfin résolue avec l’ouverture de l’antique cœur assyrien à la recherche archéologique occidentale, du fait de la volonté politique du gouvernement régional du Kurdistan irakien à partir de 2010. C’est pour profiter de cette opportunité que la mission archéologique de Bash Tapa2 a été créée en 2012.

Quelle est la particularité du site de Bash Tapa ? Qu’espérez-vous y découvrir ?

Les sites archéologiques du Proche-Orient sont souvent des collines artificielles, résultats de l’accumulation de leurs occupations au cours des millénaires. Le site de Bash Tapa est situé à 40 km au sud d’Erbil, l’ancienne Arbèles. Sa superficie de plus de 5 ha et sa hauteur d’environ 27 m, en font un site d’importance régionale depuis au moins le début du IIIe millénaire av. J.-C. L’une de ses caractéristiques est l’absence d’occupations récentes. Cela permet un accès rapide à des niveaux des différentes périodes assyriennes et d’espérer obtenir dans de bonnes conditions de nouvelles données documentant le processus d’émergence de l’entité territoriale et de la culture assyrienne. Les premières missions de fouille ont d’ores et déjà révélé son rôle de centre administratif au cœur de l’empire assyrien avec le dégagement d’un grand bâtiment qui contenait parmi des structures de stockage quelques tablettes cunéiformes. La mission la plus récente conduite en 2016 a permis de commencer l’exploration d’un autre grand bâtiment immédiatement antérieur datant probablement du XIVe siècle, soit la période de formation du royaume.

A cause du contexte politique de cette région, quels sont les risques et difficultés rencontrés par votre métier ?

Dès ses origines, l’archéologie du Proche-Orient ancien a été confrontée aux contraintes et aux instabilités géopolitiques locales, qui en ont conditionné les orientations et le développement des recherches historiques et archéologiques. En revanche, les relations cordiales qu’entretiennent les missions archéologiques avec les autorités consulaires et les autorités locales garantissent la sécurité pour notre travail de terrain cependant impacté par des crises régionales ponctuelles comme la prise de Mossoul ou l’actuel refroidissement des rapports entre le gouvernement régional du Kurdistan et le gouvernement central de Bagdad. C’est ainsi que nos missions de 2015 et de 2017 ont dû être annulées. Fouiller au Proche-Orient est toujours une expérience, tant pour des raisons logistiques que climatiques. Mais c’est aussi une aventure riche en renseignements scientifiques et l’opportunité d’engager de fructueuses collaborations scientifiques et universitaires avec des collègues locaux et leurs étudiants.

Quel héritage nous a laissé la civilisation assyrienne ? Existe-t-il des liens entre la civilisation assyrienne et les civilisations européennes ?

La civilisation assyrienne et plus généralement celle de la Mésopotamie nous ont laissé un riche héritage, sur lequel se sont en partie construites nos civilisations européennes. Outre l'écriture, l’usage du système sexagésimal (NDLR : qui a pour base le nombre soixante) mésopotamien, qui est encore en usage pour mesurer le temps, il faut rappeler que la Bible, si importante pour la spiritualité de nos civilisations occidentales, a été produite dans ce milieu culturel et qu’elle fut fortement influencée par la civilisation assyrienne.
Malgré les contacts entretenus dès les hautes époques avec le monde méditerranéen qui laissent supposer des échanges intellectuels, l’apport mésopotamien reste difficilement quantifiable, en ce qu’il nous est parvenu par le filtre du monde gréco-romain. Rappelons néanmoins qu’une partie de la philosophie grecque s’inspirait des écoles d’Orient, dont nous n’avons quasiment plus de traces, mais dont certains indices nous montrent qu’elles étaient particulièrement actives et opéraient comme de véritables conservatoires de la pensée mésopotamienne ancienne.
L’étude de la civilisation assyrienne est une discipline encore jeune, et la pratique de nouveaux terrains, tel celui de Bash Tapa, contribue à révéler les différents aspects de cette importante aire culturelle du Proche-Orient ancien et réhabiliter l’importance de son impact sur les civilisations occidentales actuelles. Mais il ne s'agit pas seulement d'une démarche qui va à la recherche de nos racines : l'intérêt de ces recherches consiste également à nous faire connaître un monde bien différent du nôtre. Cette ouverture à l'altérité est un des bénéfices de notre travail.

_______________________________________
1 : Voir « Jules Oppert », dans Ougarit, entre Orient et Occident, Collège de France, 2016, p. 86-87.
2 : Mission archéologique soutenue par MEAE, le Collège de France, la Fondation du Collège de France et le CNRS.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Vous souhaitez faire une donation ou un legs ?
logo
Fondation du Collège de France
11 place de Marcelin-Berthelot
75231 Paris cedex 05
Contactez-nous
Je souhaite être inscrit(e) à la lettre d'information de
la Fondation du Collège de France.